Alors que d’un simple clic, à l’ère des réseaux sociaux et des sites communautaires, on peut dialoguer avec des "amis", il existe des radioamateurs communiquant parfois en morse avec des inconnus à l’autre bout du monde en manœuvrant une antenne gigantesque. Si le désir de communiquer est le même, la motivation est différente, tout comme les moyens. Mais les deux mondes ne sont pas antagonistes, bien au contraire. Le radio amateurisme, qui a toujours été en avance techniquement, a su allier les lettres de noblesse du morse avec la pointe du numérique actuel. L’expérimentation technologique continue toujours et encore à faire progresser la technique et donc l’échange. Bien avant les e-mails, les radioamateurs échangeaient pareillement par radio grâce au "packet radio" et maîtrisaient la communication par micro ondes alors que les téléphones mobiles n’étaient encore qu’un rêve.

 

Et quand le réseau des portables est saturé, le débit Internet inexistant, l’OM (Old Man) peut lui parfaitement dialoguer, pour le plaisir mais aussi pour rendre service, avec ses correspondants.

 

(Source de Jean-Marie Pen)